Articles dans Catholiques
22 août : les chrétiens fêtent la Vierge
 

Après le 15 août, la Vierge Marie est à nouveau à l’honneur aujourd’hui. Les Coptes fêtent son Assomption (une semaine après les Églises catholique et orthodoxe) tandis que l’Église catholique a fait de ce 22 août la fête de « la Sainte Vierge Marie, Reine » autrement appelée le couronnement de la Vierge. Messes, processions, prières vont se succéder dans les sanctuaires mariaux, particulièrement dans les lieux de pèlerinage et d’apparition de la Vierge.

C’est en 1954, pour le centenaire du dogme de l’Immaculée Conception et quelques années après la définition du dogme de l’Assomption (1950), que le pape Pie XII a institué cette fête. Le contexte encore dramatique de l’après guerre y est favorable tout autant que le couronnement de la Vierge de Fatima, déclarée en 1946 reine du Portugal et du monde. Par ailleurs, L’intention du pape est d’offrir aux chrétiens une occasion de louer Marie en ranimant la mémoire de cette tradition ancienne et un peu oubliée dont l’iconographie est, cependant, partout présente, sur les tympans des églises comme sur les enluminures des livres saints. Une décennie plus tard, le Concile Vati­can II (1962-1965) rappelle que la Vierge Immaculée, après avoir vécu son Assomption, a été exaltée par le Seigneur comme Reine de l’Univers… autant de traditions qui paraissent sortir du fond des âges.

 
22-8.jpg
18 août : les carences de la solidarité, au Chili
 

La Journée nationale de la Solidarité au Chili a été instaurée en 1994 en l’honneur d’Alberto Hurtado, prêtre jésuite mort le 18 août 1852 qui s’est illustré par se œuvres de charité en faveur des plus démunis. L’homme a même été déclaré saint en 2005 par le pape Benoît XVI. Chaque 18 août, le président de la République visite le tombeau du saint et invite les Chiliens à faire œuvre de charité. Une démarche très contestée par une partie de la classe politique qui prône plutôt une action de l’État pour réduire les inégalités flagrantes qui minent la société chilienne.

L’économie du pays est dynamique, la misère a été réduite depuis la chute de la dictature, mais le Chili est avec le Mexique, le plus inégalitaire des pays de l’OCDE. Le revenu des plus riches y est 25 fois plus élevés que celui des plus pauvres. Le système d’éducation, parmi les plus privatisés du monde, et les plus onéreux, ne fait que conforter cette situation. Dans ce contexte la journée de solidarité apparaît comme un écran de fumée masquant les carences de l’État en matière, justement de solidarité.



 
chili.jpg
17 janvier : les animaux s'invitent à l'église pour la Saint-Antoine
 

Animaux de la ferme, chiens, chats, oiseaux, poissons rouges… c’est un peu l’arche de Noé qui se presse ce matin sur le parvis de l’église Sant’ Eusebio de Rome pour y être bénie chaque 17 janvier, une fois la messe terminée. En ce jour de la Saint-Antoine, les chevaux des carabiniers ainsi que les chiens de la Protection civile assistent aussi à la cérémonie qui se termine par une procession. 

Depuis quelques années, le Vatican organise une cérémonie concurrente  une bénédictions des animaux sur la place Pie XII, après un défilé Via della Conciliazione organisé par l’Association italienne des éleveurs qui en profite pour faire connaitre ses produits.

Antoine le Grand est aussi le fondateur de l’érémitisme qu’il pratiqua en passant sa vie dans le désert égyptien, à proximité de la mer rouge. L’ordre des Antonins, corps hospitalier créé à la fin du XIe siècle, était connu pour élever des porcs utilisés pour nourrir les malades et les affamés. C’est de là que vient peut-être ce culte des animaux pratiqué le jour de sa fête. L’autre hypothèse est la découverte de sa tombe en 561 (200 ans après sa mort) grâce à deux léopards. On dit aussi que les démons qui l’assaillaient durant ses prières apparaissaient sous la forme d’animaux sauvages.

 
eusebio.png
12 décembre : à Mexico, le plus grand pèlerinage au monde, après le Hadj
 

C’est la plus grande fête du Mexique, celle qui met les forces de l’ordre sur les dents : entre 4 et 6 millions de pèlerins se rendent dans la basilique Notre-Dame de Guadalupe, dans les faubourgs de Mexico. Protectrice de Mexico puis du Mexique, elle est devenue la patronne de toute l’Amérique latine. Sa basilique est le deuxième sanctuaire le plus visité au monde après Saint-Pierre de Rome. Elle se dresse à l’emplacement même où elle serait apparue, en 1531, à un jeune indigène, récemment baptisé. Depuis, on conserve précieusement et on vénère la tilma (le manteau) portée par le jeune homme ce jour-là et sur laquelle l’image de la vierge se serait mystérieusement imprimée. L’affluence est telle que trois tapis roulant sont nécessaires pour que chacun puisse rapidement apercevoir l’image sainte. Elle est la mère de tous les Mexicains, elle fait partie intégrante de leur identité nationale. Au point que pour confondre les immigrants clandestins centraméricains, la police avait l’habitude de leur demander la couleur de ses yeux. S’ils répondaient « bleu », ils étaient refoulés, car la Guadalupe est une métisse, à l’image des Mexicains.

 
mexico.png
8 décembre : les Lyonnais fêtent les lumières
 

Près de trois millions de visiteurs sont attendus ce week-end pour admirer les créations d’artistes de toutes sortes, plasticiens, vidéastes, éclairagistes, architectes qui ont fait de la ville, de ses monuments, de ses fleuves leur terrain de jeu pour un spectacle éphémère mais ô combien grandiose ! La fête des Lumières ou Fête des Illuminations comme l’on disait autrefois, investit aussi les réseaux sociaux : facebook, twitter donnent à l’événement un retentissement international, relayé par les nombreux Lyonnais de l’étranger qui célèbrent l’événement à leur manière. Après une année d'interruption, les autorités locale ayant cédé à la peur des attentats, la fête reprend, mais confiée à une partie de la ville. La Fête des Lumières se deroule du jeudi 7 au Dimanche 10 décembre 2017.

Il n'y a pas qu'à Lyon ! Vous le lirez dans le livre de Jean-François Bernou

En France, aujourd'hui, le 8 décembre évoque avant tout la fête des Lumières de Lyon. Jean-François Bernou nous raconte les origines alambiquées de cette manifestation artistique et populaire, mais aussi religieuse.

Car cette date en recouvre une autre, propre aux pays catholiques, l'Immaculée Conception, notion que nous explique Pascal Mallen-Barret. Le 8 décembre, nous conduira en Amérique latine à la découverte de quelques Vierges très populaires et de divinités brésiliennes d’origine africaine. En Uruguay, ce jour est celui de l’ouverture de la saison balnéaire. La même référence religieuse nous mènera également à Strasbourg pour évoquer la naissance du drapeau européen.

Chaque 8 décembre, à New York, on chante en mémoire d’un saint et martyr de la culture pop, John Lennon. En Finlande, on se souvient de Sibelius, le musicien national. En Macédoine, une fête récente évoque saint Clément. En Albanie, la date du 8 décembre est très clivante sur le plan politique…

Nous terminerons ce tour du monde au Japon où l'on célèbre l'Illumination du Bouddha, une fête de lumière qui ne s’affiche pas sur les murs comme à Lyon, mais qui demeure spirituelle et intérieure.

 
8 decembre.jpg
19 octobre : hommage albanais à Mère Teresa
 

En Albanie, c'est jour férié pour l'anniversaire de la béatification de Mère Teresa (Dita e Nënë Terezës) qui est en réalité née en macédoine sous le nom d’Agnes Gonxha Bojaxhiu. Issue d’une famille albanaise de paysans catholiques, Mère Teresa (qui ne prendra ce nom que plus tard) devient religieuse à l’âge de 18 ans (en 1928) puis part très tôt en Inde où elle commence par enseigner. C’est lors d’un voyage en train, de Darjeeling à Calcutta, en septembre 1946 qu’elle dit avoir reçu un appel de Dieu lui demandant de s’occuper exclusivement des pauvres... Le Pape François a canonisé Mère Teresa à Rome le 4 septembre 2016.

 
teresa.jpg