Articles dans Pakistan
14 août : l'invention du Pakistan il y a 72 ans
 

La journée débute par un lever de drapeau au Parlement, les dicours télévisés du président et du premier ministre, puis par la relève de la garde au mausolée de Mohammed Ali Jinnah, le père de la nation.

Le drapeau national est partout, jusque dans l’habillement vert des blanc que certains citoyen s’appliquent à arborer en ce jour de fête nationale, férié, anniversaire de l’indépendance de 1947 qui permit à la fois de chasser les Anglais et de se séparer de l’Inde (qui fête l’événement le 15 août) au nom de l’islam.

Cet après-midi sera l’occasion de faire voler des cerfs-volants en famille. Ce soir, on fera bruler des bougies dans les rues. À Lahore, la journée se terminera par un feu d’artifice. Une journée de fête qui permet d’oublier quelques heures les problèmes du pays, ses contadictions identitaires, sa mauvaise image internationale...

 
pak.jpg
11 août : comment peut-on être chrétien au Pakistan ?
 

Le gouvernement voulait prouver que c’est possible dans ce pays où plus de 90% de la population sont musulmans. En 2009, Shahabaz Bhatti, le ministre des Minorités a créé une Journée nationale des minorités visant à reconnaître le rôle important qu’elles ont joué dans la construction nationale et à prévenir leur persécution. Le ministre, catholique, a été assassiné en 2011 par des extrémistes musulmans, mais sa politique a été reprise par ses successeurs. Mais, pas sûr que le nouveau président la poursuive... En mars 2012, des élus non musulmans sont entrés au Sénat, une première depuis 1974.

Dans un discours prononcé le 11 août 1947, trois jours avant l’indépendance du pays, Muhammad Ali Jinnah, le père de la nation pakistanaise, avait jeté les bases d’une société moderne et tolérante, offrant des droits égaux à chaque citoyen quelque soit sa religion, sa caste, son sexe. Un projet politique bien oublié à l’époque de la dictature militaire, pro-américaine, de Zia Hu-Haq (1978-1988) lequel a fait du Pakistan une république islamique et promulgué en 1986, une loi sur le blasphème qui a fait de nombreuses victimes, notamment parmi les minorités, mais pas seulement.

 
pak.png
27 décembre : le souvenir de Benazir Bhutto
 

Des dizaines de milliers de partisans sont attendus comme chaque année à Garhi Khuda Bakhsh, petite localité du Sindh (province méridionale du Pakistan) où se trouve le fastueux mausolée de la famille Bhutto. Le bâtiment de marbre, aux allures de palais, témoigne de la puissance de cette lignée de féodaux qui a donné deux premiers ministres au pays : Zulficar Ali Bhutto, dans les année 1970, et sa fille Benazir dans les années 1980 et 1990. Le premier a été exécuté à la suite d’un coup d’État militaire, le 4 avril 1979 ; la seconde, première femme a avoir été élue démocratiquement dans un pays musulman, a été assassiné le 27 décembre 2007. L’ampleur des rassemblements tous les 27 décem­bre (et chaque 4 avril), montre également la puissance régionale du Parti du peuple Pakistanais, formation qui a vocation a diriger le pays. L’époux de Benazir, Asif Ali Zardari, présent à chaque cérémonie, a été élu président en 2008, mais il est loin d’avoir été à la hauteur des deux Bhutto défunts. Leur fils, Bilawal Bhutto Zardari dirige le Parti du peuple pakistanais et a été élu député en 2018.  La dynastie n’a pas été abattue.

 
pak.jpg