Articles dans Japon
3 avril : le pic de la floraison des cerisiers à Osaka
 

Aujourd’hui, rendez-vous à Osaka pour fêter le hanami (花見), une tradition qui consiste à venir admirer la beauté des fleurs de cerisier Japonais . Cet arbre emblématique du pays un vrai rite pour les Japonais. Chaque jour la télévision informe la progression de la floraison dans le pays du sud au nord du pays. La saison de sakura a démarrée un peu plus tard que l’année dernière. La floraison des cerisiers a débuté à la fin du mois de mars à Kyushu (Okinawa) et les fleurs de cerisier ne s’épanouirons au nord d’ Hokkaido que vers le 10 mai. Ce 3 avril, c’est à Osaka au Expo’70 Park que les festivités accompagnant le pic de floraison ((満開) se déroulent. Des milliers de visiteurs sont attendus.

En région parisienne, cet événement sera célébré dans le parc de Sceaux (Hauts-de-Seine), mais il faudra attendre le 20 avril prochain.

 
japon2.png
japon1.png
14 mars : cadeaux et contre cadeaux au Japon
 

Au  Japon, on fête la Saint-Valentin en deux temps. Le 14 février ce sont les femmes qui ont offert des chocolats à leurs amoureux ou à d’autres hommes de leur entourage, comme le veut la tradition. Un mois après, soit aujourd’hui même, les hommes offrent à leur tour des sucreries, des fleurs de couleur blanche ou un autre présent plus couteux. L’usage veut que la valeur du cadeaux en retour soit le triple de celle du premier. Pour éviter la surenchère, certains hommes ont eu la précaution de, très poliment, refuser les chocolats qui leur étaient offerts. Cette journée, créée en 1960, porte le nom de « jour blanc » (ホワイトデー), probablement en souvenir de l’initiateur de cette  coutume, le fabriquant américain de marshmallow ! Chez les ados, les garçons se contentent d’offrir un ruban blanc à une fille, si celle-ci le noue à ses cheveux ou à son sac, c’est qu’elle n’est pas indifférente... La coutume est très implantée en Corée du Sud et à Taïwan, elle commence à apparaître aux Philippines.

 
jour-blanc.jpg
1er mars : il y a 100 ans, la Corée se soulevait contre l'occupant japonais
 

Le Jour du Mouvement d'Indépendance 삼일절 (samiljeol) est un jour férié et une commémoration annuelle, mais cette année le centenaire du mouvement de protestation contre la colonisation japonaise, le 1er mars 1919 lui donne une dimension particulière. Ce premier jour du combat coréen pour l’indépendance a provoqué une réponse violente de la police japonaise et de nombreux morts. Ce n’était qu’un début car le Japon qui occupait la péninsule e Corée depuis 1910 ne quittera le pays qu’en 1945.

Cette journée sera notamment l’occasion d’honorer Ryu Gwansun (ou Yoo Kwan-Sun), cette jeune fille de 18 ans dont les parents ont été, tous les deux, tués le 1er mars 1919 et qui fut à son tour torturée et tuée par les Japonais, en 1920. Elle avait 18 ans.

Le problème des femme de réconfort va également être mis en avant, comme les différends territoriaux et les réparations de guerre. Les deux Corée affirment que les manuels scolaires japonais dissimulent le passé impérial de Tokyo. En cette période de regain du nationalisme japonais, il lui sera expressément demandé de ne pas toucher à l’article 9 de sa constitution qui lui interdit la guerre. Cette fête officielle ne manquera pas non plus d’être vue comme une opportunité pour l'unité coréenne.

Chaque année, une reconstitution des évènements est organisée dans les rues de Séoul avec des figurants jouant le rôle des soldats japonais et des manifestants se faisant massacrer.

 
coree.jpg
14 janvier : le jour où les Japonais deviennent adultes
 

Les Japonais sont les derniers à devenir adulte, la majorité ne leur est accordée qu’à l’âge de 20 ans. Et, c’est une affaire qui concerne le pays tout entier puisque le jour est aujourd’hui férié au Japon. Les jeunes majeurs dans l’année sont invités par la mairie à une grande cérémonie. Dans les grandes villes, ces rassemblements peuvent réunir plusieurs milliers de jeunes gens. Le stade est alors nécessaire, s’il est couvert car il peut faire très froid à cette saison, ou le palais des congrès. Pas de problème pour répondre présent, la journée est chômée. Elle commence par une visite au temple, avant un repas en famille ou entre copain(e)s. Le cérémonial de ce rite initiatique est inchangé depuis des décennies. Les filles portent de magnifiques kimono, loués pour l’occasion, le forfait comprend aussi la séance de maquillage et de coiffure. Les garçons, eux, sont presque toujours habillés d’un costume à l’occidentale, strict et sombre cela va de soit. À partir de 20 ans les jeunes Japonais peuvent voter, boire de l’alcool... mais la sagesse reste de mise en cette journée très particulière appelée Seijin no Hi ( 成人の日 ).

 
japon.jpg
23 décembre : le dernier anniversaire de l’empereur du Japon
 

Aujourd’hui, jour férié, le palais impérial ouvre exceptionnellement ses portes, enfin seulement la cour et les jardins. Une impressionnante file de personnes, Japonais et touristes, attend dans le froid depuis tôt ce matin pour venir souhaiter longue vie à l'empereur Akihito, le jour de son anniversaire (天皇誕生日). Le programme est toujours le même, l'empereur, et sa famille, apparaissent à trois reprises dans la matinée, à 40 minutes d’intervalle, sur un balcon équipée d’une baie vitrée. Après une courte allocution, la foule agite les petits drapeaux qui lui ont été distribués à l’entrée, tout en criant Banzaï ! En sortant chacun signe les registres de vœux adressés à l’empereur. Si vous n’avez pas pu entrer, vous pouvez retenter votre chance le 2 janvier. Cette fois, c’est l’empereur qui adressera ses vœux à la foule. Le reste de l’année, la cour du Palais n’est pas accessible au public. Ce soir, lors d’une émission spéciale à la télévision, il adressera quelques mots à la nation. Ce sera certainement le dernier 23 décembre férié au Japon, car l'empereur, âgé de 85 ans aujourd’hui, abdiquera le 30 avril 2019 en faveur de son fils aîné Naruhito, lequel est né un 23 février.

 
akiito.jpg
23 novembre : la fête du travail à la japonaise
 

Ici pas de défilé des différentes centrales syndicales, le jour est fériés, mais les magasins sont ouverts, comme nous sommes mercredi, la journée n’aura rien d’extraordinaire pour beaucoup de Japonais. Dès 1920, les ouvriers des grandes villes avaient pourtant organisés des 1er mai revendicatifs qui ont vite été interdits. Aujourd’hui la tradition du 1er mai reste très confidentielle et le fait d’organisations d’extrême gauche. Quand, en 1948, une fête du travail (勤労感謝の日) a été officiellement instaurée au Japon, elle a été placé le 23 novembre, pour remplacer un vieux rite du culte shintô, le Niinamesai, une fête consacrée aux récoltes.  La fête du travail à la japonaise est une sorte de Thanksgiving permettant de dire merci à son patron et non de lui réclamer quoi que ce soit. 

 
jap.jpg
3 novembre : il y a 150 ans, la restauration Meiji au Japon
 

En 1868, le Japon abandonnait la féodalité, la souveraineté de l’empereur était restaurée. Cette nouvelle ère dite  Meiji est le début de la grande modernisation du Japon et de son ouverture au monde.

Le Japon fête aujourd’hui l’anniversaire de celui qui a lancé le processus : Meiji, le 122e empereur du Japon, âgé d’à peine 15 ans à l’époque, puisqu’il est né en 1852, un 3 novembre. Cette fête, qui génère un jour férié, est appelée depuis 1912, le Jour de la culture (Bunka no hi, 文化の日)

C’est aussi un 3 novembre que fut promulguée la constitution de 1946. Selon, la tradition, l’Empereur, décerne aujourd’hui la médaille de « l’ordre de la Culture »  qui récompense et honore ceux qui ont contribué au développement ou à la diffusion de la culture japonaise. 

En revanche, c’est un 9 novembre qu’à débuté la révolution Meiji dont on commémore, ces jours-ci, le 150e anniversaire., car elle a eu lieu en 1868. En revanche, c’est tous les ans, le 3 novembre, que le Japon honore son empereur Meiji.



japon.jpg