Articles dans 1944
23 août : hommage aux tirailleurs sénégalais
 

Il y a 75 ans, le 23 août 1944, un régiment de tirailleurs sénégalais entrait dans Toulon pour libérer la ville. Rien d’étonant, puisque les soldats originaires des colonies françaises représentaient la moitié des effectifs des forces françaises qui ont participé à la libération de la France. Sur 200 000 Africains engagés, 40 000 y ont laissé leur vie (contre 130 000 et 30 000 lors de la première guerre mondiale).

C’est la date qui a été choisie, en 2004, par Dakar pour célébrer une Journée internationale des tirailleurs « sénégalais », (journée dont l’après-midi est chômée au Sénégal), internationale parce que les tirailleurs étaient origiaires de tout le continent pas seulement du Sénégal. Tous ont été confrontés au même problème de la reconnaîssance de la France pour l’effort accompli et au caractère scanda­leusement symbolique de leur indemisation financière.

D’ailleurs, le Sénégal associe à cette commémoration, celle du massacre de Thiaroye le 1er décembre 1944. Parce qu’ils réclamaient leur solde un peu bruyament, l’armée française à fait tirer dans la foule des tirailleurs mécontent : 35 morts.

 
tirailleurs.jpg
2 août : la Macédoine du Nord célèbre ses origines
 

La Macédoine chante et danse une partie de la semaine, mais aujourd'hui, c’est le jour de sortir son costume folklorique ou sa tenue guerrière de l’époque de la lutte contre les Turcs. Ici, on fête la Saint Élie (Iliden), mais c'est surtout l’anniversaire de l’insurrection de 1903 qui a abouti à la création d’un État macédonien que l’on célèbre. Le premier de puis Alexandre le Grand diront les plus nationalistes, au grand dam de leurs voisins grecs.

Cette première Macédoine n’a durée que 10 jours, elle fut réprimée dans le sang, sans que le reste de l’Europe ne s’en émeuve et n’était limité qu’à la seule ville de Krusevo, dans le centre du pays. Si le souvenir reste vif, c’est que cette « République de Krusevo », était peuplée de Slaves, de Grecs, de Valaques… et qu’elle fut appuyée par les Turcs des villages environnant. Inspirée de la Commune de Paris, elle se voulait socialiste, mais surtout résolument pluri-ethnique, une option qui n’était guère de saison dans une Europe où partout fleurissaient les nationalismes.

Quatre décennie plus tard, en 1944, c'est encore le 2 août que les partisans luttant contre l'occupant allemand, ont proclamé une République de Macédoine qui deviendra une composante de la Yougoslavie de Tito et en 1992, un pays indépendant. Raison de plus pour avoir fait de ce jour la fête nationale de la Macédoine.

 
iliden.jpg
3 juillet : Independance Day en Biélorussie
 

La Biélorussie fête son « indépendance », non pas celle de 1991 qu'elle n'a pas vraiment souhaitée mais sa libération de l'occupation allemande, par l'Armée rouge en 1944. Ce jour-là, deux divisions blindées de l'Armée rouge libéraient la ville de Minsk.

Un grand défilé militaire se déroule sur Prospekt Pobeditelei à Minsk , complété par une grande parade et un discours du dictateur Loukachenko dans la plus pure tradition soviétique. Ce Jour de l’indépendance, Дзень Незалежнасцi (Dzień Niezaležnasci), est la fête nationale de la Biélorussie, c’est un jour férié et chômé. 

 
bielo.jpg
17 juin : fête nationale de l'Islande
 

Un pique-nique géant est organisé sur le site de Thingvellir, là où fut fondé au Xe siècle le premier parlement islandais, et où fut proclamé l’indépendance, le 17 juin 1944. Le jour choisi est l’anniversaire de la naissance, en 1811, de Jón Sigurds­son, le chef du mouvement pacifiste islandais du XIXe siècle. Il y a 69 ans, l’Islande devenait une république indépendante. Jusque-là, l’île appartenait au royaume du Danemark qui dominait le pays depuis 1380.

Ce matin, cérémonie patriotique est organiséee à Reykjavik, ensuite la fête se pousuivra dans tout le pays jusque tard dans la nuit, laquelle est extrêmement courte à cette période de l’année. L’ambiance de fête foraine qui prévaut l’après-midi, avec musique et barbe à papa, se mue peu à peu en beuverie au cours de la soirée.

 
17juin.jpg
20 octobre : la démocratie perdue du Guatemala
 

Le Guatemala célèbre sa révolution de 1944 qui a mis fin à une dictature. Mais la démocratie ne dura que 10 ans. En 1954, Les États-Unis renversèrent le premier président élu démocratiquement de l’histoire du pays, Jacobo Arbenz, pour le remplacer par une junte militaire. Il avait eu le tort de s’attaquer aux intérêts commerciaux de la multinationale United Fruit. 

 
guatemala.jpg