Articles dans Royaume-Uni
10 août : la parade orangiste de Derry
 

10 à 12 000 protestants défilent dans les rues de London­derry pour rendent hommage aux 13 apprentis qui ont eu le sang-froid de fermer les portes de la ville un jour d’avril 1689, alors qu’une armée catholique avançait sur Derry. Le siège durera 105 jours, bombardement, famine, maladie élimineront un tiers de la population, mais Derry a tenu. Les protestants tiennent à le rappeller aux catholiques en passant aux abords de leur quartier de Bogside. Chaque année des affrontements ont lieu. En 1969, trois jours d’émeutes avaient inauguré les troubles en Irlande du Nord qui ne sont toujours pas terminés : en 2011, cette parade des Apprentice Boys avait causé des affrontement faisant plusieurs dizaines de blessés, puis à nouveau en 2018 alors que la perspective du Brexit échauffe les esprits.

Derry (pour les catholiques), Londonderry (pour les protestants) est aussi comme chaque année, le lieu du Festival de Maiden (musique) qui se déroule cette année du 3 au 10 août.

 
derry.jpg
12 juillet : parades orangistes en Irlande du Nord
 

La nuit dernière a été chaude entre catholiques et protestants dans plusieurs localités d'Ulster. La journée ne le sera pas moins dans l'ambiance tendue de l'après référendum sur le Breixit qui a polarisé la population de la province, d’autant que la bière coule à flot dès le matin. Les protestants commémorent l'ultime bataille, en 1690, qui a permis de s'imposer leur domination sur l’Irlande.

Aujourd’hui, en effet, ont lieu les plus importantes des parades orangistes organisées ces jours-ci en Irlande du Nord. Des centaines de milliers de partisans de la couronne d’Angleterre y célèbrent la victoire de Guillaume d’Orange sur le roi catholique Jacques II Stuart lors de la bataille de la Boyne, en 1690, qui permit aux protestants d’assoir leur domination sur l’Irlande. Pour marquer l’évènement, les maisons des protestants sont décorées de rubans oranges. L’ordre Orangiste rassemble quelque 100 000 personnes, réparties dans 140 loges. Aujourd’hui, pour la parade, ils ont coiffé un chapeau melon et défilent parapluie à la main, une étole orange sur les épaules. Le parcours des parades comprend toujours la traversée de quartier catholiques, comme Ormeau Road à Belfast, histoire de bien montrer qui domine dans ce pays. Ces provocations engendrent inévitablement des échauffourées, voire des violences entre nationalistes (catholiques) et loyalistes (protestants). Ainsi va la vie en Irlande en dépit des accords de paix signés il y a deux décennies, mais qui pourraient bien s’avérer totalement caduques en cas de Brexit.

 
orangiste.jpg
5 juillet : Tynwald Day sur l'île de Man
 

La fête nationale de Man était célébrée depuis le XVe siècle dans le village de St John's, le jour de la Saint-Jean, selon le calendrier Julien. Dans la calendrier Grégorien, le nôtre, cette fête se trouve placée au 5 juillet, une date qui n'a aucune signification dans une île prisonnière de ses traditions et de son conservatisme.

Après un service religieux dans la chapelle royale, les membres du Tynwald (le parlement) se rendent à Tynwald Hill, l'un des sites anciens du Tynwald. À la suite de la procédure sur Tynwald Hill, présidée par le lieutenant-gouverneur, les membres du Tynwald retournent à la chapelle royale où se tient une séance formelle du Tynwald.

 
man.jpg
23 avril : les Anglais fêtent leur saint patron
 

Le cœur des Anglais est-il vraiment à la fête ? N’empêche que Londres et toute l’Angleterre fêtent la Saint-Georges ! Défilés en costume d’époque, spectacles de rue mais aussi food festivals, concert gratuit à Trafalgar Square, durant trois jours le pays vibre au rythme d’une fête qui n’est ni réellement fête nationale ni jour férié mais dont on retrouve tout de même l’emblème au centre de l’Union Flag (ou Union Jack), le drapeau du Royaume-Uni : la croix de St Georges. Un drapeau auquel il faudra s’habituer en cas de Brexit et d’éclatement de l’Union avec le départ de l’Écosse, candidate à une réintégration dans l’UE, le cas échéant.

Originaire de Cappadoce, Saint Georges aurait sauvé la fille d’un roi libyen , proie d’un dragon qu’il parvint à tuer. Arrêté pour avoir refusé de scarifier aux dieux de l’Empire, il subit plusieurs persécutions dont il sort toujours vivant. Il finit par être décapité le 23 avril 303. Devenu saint patron de l’Angleterre au XIVe siècle, sous Édouard III, son nom était employé comme cri de guerre par les chevaliers anglais pendant la guerre de Cent ans (1338-1453).

Depuis 2010, l’ONU célèbre ce même jour la Journée de la langue anglaise (l’une des six langues officielles de l’ONU et l’une de ses deux langues de travail avec le français), moins pour honorer St Georges qu’un autre véritable héros national : William Shakespeare né et mort un 23 avril (1564-1616) !

 
stgeorge.png
27 janvier : retour au cauchemar irlandais ? Le souvenir du Bloody Sunday
 

Ce dimanche, à Derry, en Irlande du Nord, on commémore les 14 morts tués par l’armée britannique alors qu’il défilaient pacifiquement, le 30 janvier 1972. Le souvenir d’un passé révolu ? L’explosion d’une voiture piégée, le 19 janvier dernier, à Londonderry, attribué l’attaque à un groupe républicain dissident, est le signe que tout peut reprendre en cas de remise en cause le l’accord de 1998 entre entre républicains nationalistes (les catholiques) et loyalistes unionistes (les protestants). En cas de Brexit, l’accord de 1998 (dit du Vendredi Saint) sera caduc et la province peut à nouveau s’embraser.

Ces dernières années, la marche annuelle dans le quartier catholique de Londonderry (Irlande du Nord) attirait moins de monde qu’autrefois. Non que le souvenir s’estompe des 14 manifestants pour les droits civiques, des adolescents pour la plupart, tués par les Britanniques. Mais, Londres a fini par accepter une enquête, dont le rapport a conclue à l’entière responsabilité des soldats anglais. Ce qui a poussé le Premier ministre David Cameron, en 2010, à présenter des excuses et offrir une indemnisations aux familles... 38 ans après le drame.

En cas de Brexit dur sans négociation avec Bruxelles, le cauchemar du conflit nord-irlandais qui a fait tant de morts, pourrait bien revenir. À moins ce ce ne soit ce spectre, principalement, qui fasse définitivement capoter le Brexit ?

Autre commémoration, une minute de silence sera observée mercredi à 16 heures devant le monument dédié au Bloody Sunday.

 
irl.jpg
25 janvier : la Burn’s night, fête écossaise patriotique et conviviale
 

Les Écossais préparent ce soir une grande fête en l’honneur de Robert Burns, leur grand poète mort en pleine jeunesse (il avait 27 ans) et mort le 25 janvier 1759, il y a 160 ans jour pour jour.

Défini par les Burns Clubs peu après sa disparition, le rituel n’a pas bougé depuis et la soirée commence immanquablement par un repas (le Burns supper) dont le menu est souvent écrit dans le dialecte du poète, le « lallans ». Les mêmes plats traditionnels se succèdent tous les ans dont le fameux haggis, plat écossais par excellence qui n’est autre que de la panse de brebis farcie ! Le repas est rythmé par des discours, toasts divers, poèmes de Burns déclamés avec emphase… et s’achève par de la musique, des chants et des danses traditionnelles.

La burns Light, une procession de lampions suivie d’un feu d’artifice, anime la ville de naissance de Robert Burns, Dumfries, au sud-ouest de l’Écosse.

burns.jpg
30 novembre : les Écossais fêtent leur saint patron
 

La Saint Andrew (André) est un peu la fête nationale écossaise (en concurrence avec le Burn’s supper, le 25 janvier). Cette journée, fériée depuis 2007, marquée par des fêtes de toutes sortes et des concerts (où la cornemuse est reine), donne aussi le coup d’envoi des marchés de Noël. La croix de St André, apôtre et martyr, est l’emblème de l’Écosse. Elle est figurée en blanc sur le drapeau du pays.

 
ecosse.jpg
5 novembre : une fête nationale anglaise, la marche des Anonymous
 

Comme chaque année des centaines de personnes parcourent les rues de Londres avec un masque d'Anonymous. La police impose ses conditions à la fameuse marche en la limitant à une période de trois heures 18:00-21:00 et un parcours précis entre Trafalgar Square et Whitehall particulièrement contrôlé pour éviter les débordements. Même si des marches se déroulent dans plusieurs villes du monde, on est loin du million de masques annoncé par les slogans de l'organisation.

En Angleterre on peut assister à des festivités débridées autour de feux de joie, des processions aux flambeaux et de pintes de bière… La Guy Fawkes Night commémore chaque nuit du 5 novembre l'échec d'un attentat organisé par des extrémistes religieux au XVIIe siècle.   

Ce 5 novembre nous mène aussi en Nouvelle-Zélande sur les traces de l'inventeur de la non-violence comme arme politique. 
Des rendez-vous sont aussi prévus au Pérou, pour assister à la naissance du monde inca, un 5 novembre dit la légende; au Panama ; au Ghana; au Salvador… Et des idées pour les années à venir : en Suède, en Inde, à New York, à Melbourne, à Tokyo…

En Italie, des hackers ont promis une attaque du gouvernement….




 
 
5 novembre.jpg
21 octobre : une fête nationale pour l’Angleterre ?
 

C’est l’anniversaire de la bataille de Trafalgar (1805), une victoire de la flotte commandée par l’amiral Nelson, qui y perdit la vie, face aux Français et aux Espagnols. La menace d’une invasion de l’Angleterre par Napoléon était définitivement écartée, la flotte française ayant été décimée. Chaque année à Londres, à Trafalgar square, bien sûr, et à Birmingham, la Royal Navy donne une parade, mais la célébration reste assez discrète. On est loin des grandes commémorations du XIXe et du début du XXe siècle où elle avait fini par prendre une coloration anti-militariste qu’il a fallu mettre en sourdine au moment de la Grande Guerre. Aujourd’hui, surtout depuis le bicentenaire, des voix proposent de la réactiver et même d’en faire la fête nationale qui manque à l’Angleterre. C’est l’anniversaire de la reine, fête mobile tombée cette année le 9 juin, qui pour le moment en fait office. En 2011, un ministre conservateur avait proposé d’en faire un jour férié mais, en échange, il prévoyait de supprimer celui du 1er mai. Tollé des syndicats !

 
trafalgar.jpg