Articles dans Belgique
25 août : rassemblement flamingant et néo-nazi
 

Le traditionnel pèlerinage de l’Yser (Flandre), commémorant la première guerre mondiale, ayant été déplacé au 11 novembre prochain, seule la dissidence la plus nationaliste, dominée par l’extrême droite flamande (ou flamingante) organise désormais un rassemblement à la fin de l’été, comme c’était le cas depuis 1920. Cette « Veillée de l’Yser » (Ijzerwake) qui attire traditionnellement quelque 5000 personnes est l’occasion, sous prétexte de commémorer les morts de la Grande guerre, de réclamer haut et fort l’indépendance de la Flandre. Elle permet en outre aux différentes composantes de la mouvance néo-nazi en Flandre de compter leurs forces.

La journée débute à Ypres (Ieper, en flamand), Van Raemdonckstraat à 11 heures, par des discours politiques enflammés et un buffet. La marche proprement dite commence à 13h30.

 
Yser.png
BelgiqueBruno Teissier
21 juillet : la fête nationale belge
 

Bal, défilés, discours, toutes les grandes villes mettent les petits plats dans les grands pour la fête nationale belge qui a débuté hier au soir avec le Bal national dans le quartier des Marolles, à Bruxelles. Cette journée commémore le serment prêté par le premier roi des Belges, Léopold de Saxe-Cobourg, le 18 juillet 1831. Ce serment marquait la création d’une Belgique indépendante, sous le régime d’une monarchie constitutionnelle et parlementaire.

Ce n'est qu'en 1890, sous le règne de Léopold II, que le 21 juillet est devenu la date officielle de la « fête nationale belge ». Le 21 juillet 2013 fut aussi la date choisie par le roi Albert II pour abdiquer en faveur de Philippe de Belgique. Philippe devint ainsi le deuxième roi des Belges à prêter le serment constitutionnel le jour de la Fête nationale.

À Bruxelles, Le Roi Philippe et la Reine Mathilde assisteront à 10h au traditionnel Te Deum à la cathédrale des Saints Michel et Gudule. C’est à la fête du parc (de Bruxelles) qu’aura lieu le cœur des festivités.
Du palais de justice jusqu’au Parlement, des spectacles gratuits sont partout dans la ville. L’après-midi, place à la traditionnelle parade de l'armée, de la police et des services civils, un défilé impressionnant, et clous du spectacle : les avions qui viennent saluer le roi.
La journée sera clôturée par un feu d'artifice tiré depuis le jardin du Palais des Académies à 23h. Pour y assister, le public se rassemble Place des Palais.

 
belge.jpg
14 juillet : les Liégeois aussi font la fête
 

La ville de Liège célèbre elle aussi le 14 juillet, en référence à la Révolution française, avec plus d'enthousiasme qu'elle n'en montrera dimanche prochain pour la fête nationale belge. C'est en 1937 que la ville a décidé de célébrer la fête nationale française afin de protester contre la politique de neutralité de la Belgique vis à vis de l'Allemagne nazie et contre la dénonciation de l'accord militaire franco-belge par le gouvernement.

Plus de 30 000 personnes y participent pour admirer son feu d’artifice (plus beau d’année en année) et profiter son spectacle populaire sur l'esplanade et de la Nuit de la Bastille.

Deux semaines avant cet événement s'ouvre le Village Gaulois, place Saint-Paul, au pied de la Cathédrale. Une quantité de chalets offrent plats et boissons françaises et wallonnes au badaud qui peut, tout à loisir, s'attarder à une terrasse ou encore disputer une partie de pétanque avec des amis de rencontre.

Le 14 juillet a été longtemps la fête nationale de l’Irak, sous Saddam Hussein et même avant, en référence à la chute de leur roi détrôné – ce n’était pas un hasard – un 14 juillet.

 
liege.jpg