9 avril : il y a 71 ans, le massacre de Deir Yassin en Palestine

 

Alors qu'Israël poursuit imperturbablement sa colonisation, que Netanyahou promet l’annexion des colonies de Cisjordanie, les Palestiniens commémorent le massacre de Deir Yassin, petit village palestinien dont la population a été tuée en 1948 par une milice d’extrême droite juive (Irgoun) dans le seul but de créer la terreur dans la population palestinienne et ainsi « libérer » le territoire du futur État israélien. 

Le 9 avril 1948, alors que la Palestine était encore occupée par les Britanniques, une milice d’extrême droite juive (Irgoun) lançait une attaque contre un village arabe musulman qui jusque là vivait en bon terme avec les localités environantes, y compris juives. Épaulée par la Haganah, l’armée de l’Agence juive, Irgoun finit par venir à bout de la résistance de ce village de quelques centaines d’habitants, ceux qui n’ont pas réussis à fuir sont exécutés, hommes, femmes, enfants, soit entre 120 et 254 victimes selon les sources. Rayer ce village de la carte s’intégrait dans le plan de « nettoyage ethnique » de la région. Aujourd’hui les  traces de Deit Yassin ont complètement disparue, il se trouvait à 5 km de Jérusalem, sur la route de Tel Aviv. Mais, l’objectif était avant tout de semer la terreur parmi la population arabe. La nouvelle du massacre a créé un véritable choc psychologique, provoquant un mouvement de panique parmi les populations arabes, accélérant son exode. L’objectif des combattants sionistes était atteint, vider le territoire à conquérir.

Depuis la date du 9 avril est commémorée dans le monde arabe, elle symbolise le drame palestinien. Qui s’en souci aujourd’hui ? Entre la commémoration du génocide rwandais et le 75 anniversaire de la rafle d’Izieu, il n’y a plus guère de place dans les médias pour se souvenir de la question palestinienne, complètement passée de mode.

 
deir-yassin.png