Articles avec le tag fascisme
28 avril : pèlerinage fasciste à Predappio
 

C'est l'anniversaire de l'exécution de Mussolini, en 1945. Les nostalgique affluent en masse chaque année devant la maison natale de Mussolini ou dans a crypte où repose le corps du dictateur italien. Ces deux lieux sont les étapes obligatoires du pèlerinage des néofascistes en chemise noire. Le maire de la ville, qui est un fief de la gauche, est en train de faire construire un musée dans sa commune pour montrer aux visiteurs le vrai visage du fascisme pour ne pas laisser le terrain aux nostalgiques du régime. Ce musée du fascisme sera le premier du genre en Italie. Le lieu choisi est on ne peut plus symbolique : un grand bâtiment de 2000 m² qui abritait le siège du parti de Benito Mussolini à Predappio. Une ville nouvelle édifiée sur ordre du dictateur dans les années 1920, autour de sa maison natale.

Il y a 100 ans, le 23 mars 1919 à Milan, Mussolini, alors militant socialiste en rupture de ban, a réunissait une centaine de syndicalistes révolutionnaires et d'anciens combattants pour créer les "Faisceaux italiens de combat", autour d'un programme à la fois social et nationaliste. Avec la chemise noire et la tête de mort comme signe de reconnaissance, les Faiscaux (fasci en italien) ont été au cœur de la création de Parti national fasciste en 1921 puis de la Marche sur Rome qui a porté Mussolini au pouvoir en 1922.

Aujourd’hui CasaPound, la formation qui réuni les nostalgiques du fascisme est en plein essor, encouragée par la popularité de Matteo Salvini, le leader d’extrême droite qui a pris l'ascendant sur la droite classique et qui fait figure de chef du gouvernement italien.

En fait, ce pèlerinage fasciste se produit trois fois par an, pour la commémoration de la naissance (29 juillet) et de la mort de Mussolini (28 avril), ainsi que pour l'anniversaire de la Marche sur Rome (28 octobre).

 
italie.jpg
25 avril : les Italiens célèbrent la libération
 

La commémoration du 25 avril est sujette à débat. Depuis quelques années, elle fait l’objet d’attaques de la part de la droite et de l’extrême droite qui y voient un clivage inutile. Aujourd’hui, à Milan, aura lieu un grand défilé allant de la porta Venezia à  la piazza Duomo. Toutes les villes du nord de l’Italie font de même.

Le 25 avril 1945, la résistance lançait une offensive générale qui permit de libérer Milan et Turin, de l’occupant nazi et du contrôle de ses alliés fascistes, alors que les forces alliées avançaient dans la plaine du Pô. L’Italie étaient réunifiée. Depuis la chute du régime de Mussolini, le 25 juillet 1943, l’Italie était coupée en deux : un régime sous tutelle anglo-américaine au Sud ; une république fantoche repliée sur la localité de Salò et dirigée par les fascistes les plus radicaux  rassemblée autour du Duce, mais sous la tutelle de l’Allemagne nazie qui avait envahi le nord de l’Italie. Le 25 avril est fêté comme une libération à la fois du fascisme et du nazisme par toute l’Italie.

À Rome le Président vient déposer une gerbe sur le monument du soldat inconnu. Mais certains voudrait effacer ce souvenir qui à leurs yeux valorise trop le combat de la gauche contre le fascisme, pour le remplacer par une commémoration du 18 avril 1948, premier scrutin démocratique de l’Italie (et surtout la victoire électorale de la Démocratie chrétienne face à la gauche).

 
italie.png