Articles avec le tag jour de la terre
30 mars : la Journée de la terre des Palestiniens
 

Cette journée de manifestation est d’abord celle des Israéliens d’origine arabe (20% de la population d’Israël) qui sont très loin d’avoir tous les droits dont disposent leurs concitoyens juifs. En mars 1976, un vaste plan d’expropriations de terre en Galilée, dont une partie appartenait à des Arabes, venait d’être publié. Ce n’était pas la première fois depuis 1948, que des terres arabes étaient confisquées pour établir ou agrandir des colonies juives, mais  cette fois les villages du nord de la Galilée avaient décidé de réagir. Une grève générale était annoncée pour le 30 mars. Les pressions sur les organisateurs ont été telles que la grève a dégénéré en manifestations qui se sont heurtées à l’armée déployée dans la région pour l’occasion.  L’armée a tiré : le bilan est de 6 morts, tous arabes, et de plusieurs centaines de blessés. Si l’évènement a fait date, c’est que c’était la première fois que les Arabes israéliens que l’on croyait résignés, manifestaient de manière aussi déterminée et coordonnées. Il est commémoré chaque année, comme la Journée de la Terre, une journée de haute tension où l’on déplore le plus souvent des morts et des blessés parmi les manifestants, ce qui renforce son caractère commémoratif d’année en année. L’ensemble des Palestiniens, et même du monde arabe, se montre solidaire. Les Israéliens vivant aux abord de la bande de Gaza s’attentent à recevoir quelques roquettes, des précautions sont prisent pour l’occasion.

Du côté de Gaza, on célèbre le premier anniversaire de la Grande marche du retour. Ce mouvement de protestation qui a débuté le 30 mars 2018, demande le droit au retour des réfugiés palestiniens sur les terres qu’ils ont quittées en 1948 à la création d’Israël ainsi que l’allègement du blocus imposé à l’enclave depuis douze ans. Mais ce mouvement, devenu hebdomadaire, a déclenché de nouvelles violences avec Israël : 270 morts palestiniens et plus de 29 000, soit deux fois plus que lors de la guerre de 2014.

En France, l’association France Palestine Solidarité, soutenue par le collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, organise des rassemblements dans plusieurs villes.

 
palest.png