9 novembre : l'impossible célébration allemande

 

Il y a 30 ans, le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombait mettant fin à 50 années d’antagonisme entre les deux Allemagne et amorçant la fin de la Guerre froide. L’évènement s’est produit vers 19 heures, à quelques heures près, l’Allemagne aurait pu célébrer chaque 10 novembre son unité retrouvée, mais l’histoire en a voulu autrement. La voilà assignée au 9 novembre, date qui n’est pas devenue la fête nationale que certains auraient souhaité car elle est bien trop chargée d’histoire.

En 1938, c’était la « Nuit de cristal », le pogrom contre les juifs organisé par Goebbels. Le preste était l’agression d’un fonctionnaire de l’ambassade d’Allemagne à Paris par un jeune juif allemand. Mais la date de cette nuit d’enfer qui marque le début de la Shoah, n’a pas été choisie au hasard. C’était le jour anniversaire de la tentative de putsch par Adolf Hitler, en 1923 à Munich. Si ce dernier avait tenté un coup de force précisément un 9 novembre, c’était parce que la république dite de Weimar, fondée le 9 novembre 1918 et honnie par l’extrême droite, fêtait ce jour-là ses 5 ans. Une date symbolique tout au long du XXe siècle.

Le 9 novembre est aussi la date de l’exécution du parlementaire allemand libéral, Robert Blum, par les contre-révolutionnaires, après l’insurrection viennoise d’octobre 1848… C’est un peu comme si une seule date racontait l’histoire récente de l’Allemagne. Cette date a été baptisée schicksalstag, le jour du Destin ! Le gouvernement lui préféra donc le 3 octobre, date officielle de la réunification en 1990.

Finalement, la fête nationale de l’Allemagne a été fixée le 3 octobre, en référence une journée de 1990 qui n’évoque rien de fort, si ce n’est l’officialisation d’une réunification déjà en cours et réalisée à marche forcée qui laisse un goût amer. Aujourd’hui, une partie de l’opinion est persuadée qu’une troisième voie était possible, que la RDA , dégagée de la tutelle de Moscou, si ont lui en avait laissé le temps aurait pu concilier démocratie et socialisme.

Cette année marque une nouvelle décennie depuis la chute du mur de Berlin, la date du 9 novembre fait l’objet de célébrations.Les années ordinaire, cette date est avant tout marquée par le souvenir des prémices de la Shoah et fait l’objet aujourd’hui de commémorations.

En Suisse , on commémore aussi ce jour de 1932 où la police a tirée sur une manifestation d’ouvriers antifascistes à Genève, faisant 13 morts parmi les manifestants. C’était quelques semaines avant qu’Hitler ne prenne le pouvoir dans le pays voisin. Depuis le 9 novembre 1982, un monument aux victimes de la fusillade, est fleuri sur le parvis de l'université (devant le bâtiment Uni Mail), à l'emplacement de la fusillade.

 
nuit.png