14 octobre : le Thanksgiving des Canadiens

 

Comme aux États-Unis, le 28 novembre prochain, cette fête donnera lieu ce soir, dans tout le Canada (moins au Québec cependant) à des rassemblements familiaux autour d’un repas, plus généralement à une forme de partage avec les autres, notamment les plus démunis ; les banques alimentaires sont submergées de dons ce jour-là ! 

Les églises sont décorées à cette occasion de citrouilles, potirons, corbeilles de pommes, grappes de raisin, autant de produits rappelant que l’automne est arrivé. Le repas traditionnel est composé d’une dinde farcie accompagnée d’une purée de patates douces et d’une sauce aux canneberges, des baies rouges au goût âpre (appelées aussi atoca). Une tarte à la citrouille parachève généralement le repas. C’est un jour férié et une fête nationale mais, à la différence du Thanksgiving célébré aux États-Unis, cette fête a ici un caractère religieux lié à ses origines. C’est un amiral anglais, Martin Frobisher qui organisa la première cérémonie, en 1576, afin de rendre grâce à Dieu pour avoir trouvé ce qu’il pensait être le premier détroit permettant de rallier l’Asie par le nord-ouest de l’Amérique… or, il ne s’agissait en fait que d’une baie de l’île de Baffin. À la même époque, les colons français sous la houlette de Samuel de Champlain rendaient eux aussi grâce à Dieu pour leur traversée de l’Atlantique réussie (dès 1603). À cette occasion, Champlain décida de créer, en 1606, l’Ordre de Bon Temps, premier club social et gastronomique d’Amérique dont l’objectif était d’assurer l’alimentation (et le moral !) des colons et des autochtones durant l’hiver. C’est certainement là que Thanksgiving prend tout son sens aujourd’hui encore au Canada.

 
thank.png