Articles dans Taïwan
4 mai : il y a cent ans sur la place Tien an Men
 

Le 4 mai 1919, 3 000 étudiants manifestent à devant la porte Tien an Men  à Pékin. Ils protestent conte les conditions imposées à la Chine par le traité de Versailles qui avantage le Japon. Ce mouvement traduit l'émergence en Chine d'une conscience patriotique opposée aux Occidentaux comme aux Japonais. Mais, c’est aussi le premier mouvement de la jeunesse chinoise moderne. Ils protestaient en outre contre le pouvoir des mandarins et l’oppression des femmes.

Le mouvement du 4 Mai (五四运动 est commémoré chaque année en république populaire de Chine, où depuis 1949, c'est la Fête de la Jeunesse (青年节). À cette occasion, les jeunes de 14 à 28 ans ont une demi journée de congé. Évidement, c’est une jeunesse docile qui est célébrée, pas celle qui se soulève. Pour le 70e anniversaire, en 1989, se rappelant du Mouvement du 4 mai, on se souvient que des milliers d’étudiants avaient manifesté sur la même place Tien an Men qu’ils ont occupé pendant un mois. En réponse, le gouvernement chinois instaura la loi martiale et fit intervenir l'armée. La révolte finira en bain de sang. C’était un 4 juin (une date qu’il est bien sûr est interdit de commémorer).

Le 4 mai est aussi célébré à Taïwan, où c'est la Fête de la Littérature (文藝節).

 
4mai-chine.jpg
28 février : le massacre du « 228 » à Taïwan
 

Depuis une quinzaine d’année, le 28 février (28-2) est férié à Taïwan pour commémorer un massacre qui remonte à 1947. Ce jour-là, une altercation entre un membre du Kuomintang (KMT) et une vieille femme vendant des cigarettes de contrebande avait dégénéré en émeute populaire et en tuerie. Le nombre de victimes se comptait en dizaines de milliers. Le KMT était le parti de Tchang Kaï-chek, l’adversaire nationaliste de Mao. Vaincu par les communistes, le parti, puissamment armé, s’était replié sur l’île de Taïwan où il avait pris le pouvoir. La population était exaspérée par cette occupation « continentale ». Le 28 février, l’ordre a été donné de tirer sur la foule des manifestants. Ce massacre du « 228 » a été le prélude à près quatre décennies d’une dictature du KMT. Il a fallu attendre 1995 pour que le tabou soit levé, que des excuses officielles soit prononcées et que l’on envisage de dédommager les familles des victimes. Depuis 2003, l’événement fait l’objet de commémoration officielle. En 2011, un Musée du 228 a été inauguré. Quant au KMT, il est revenu au pouvoir en 2008, par les urnes.

 
taiwan.jpg