Articles dans Printemps
6 mai : une fête turque non musulmane
 

Ancienne fête d’origine pré-islamique, Hidirellez célèbre, chez les populations turques, sunnites aussi bien qu’alévis, l’arrivée du printemps. La fête a commencé dès hier soir (5 mai) pour se poursuivre toute la journée. Comme préparatifs, il y a un grand ménage de la maison, l’achat de vêtements neufs et la préparation de mets et boissons particulièrement soignés. Hier soir, on a passé une partie de la nuit à danser, à chanter et à faire des buchers par-dessus lesquels on va sauter jusqu’au matin.

Aujourd’hui, seront organisés d’immenses pique-niques, comme en Égypte lors de la fête le printemps (17 avril). La tradition veut aussi que l’on décore un arbre (nahil) de toutes sortes d’objets en faisant un vœu. Dans la tradition populaire, les prophètes Hizir et Ilyas se sont retrouvés cette journée-là pour faire renaître la nature. Les noms Hizir et Ilyas ensuite réunis ont formé ainsi le mot Hidirellez. Hizir, appelé aussi Al Khidr (en perse), est une figure importante et énigmatique de l’alévisme, cette minorité religieuse issue du chiisme (mais exécrée par l’islam radical) et deuxième en nombre après les sunnites en Turquie.

Certains ont pu assimiler Hizir au prophète Élie, à Bouddha ou encore à Alexandre le Grand ! Pendant la domination ottomane, Hidirellez s’est répandu dans les Balkans où il est devenu Durdevdan (la Saint-Georges) pour les chrétiens, Ederlezi pour les Gitans qui en ont fait la fête de tous les Rroms. C’est finalement un beau symbole d’acculturation que cette fête qui rassemble, comme en Égypte, au-delà de toute croyance.

 
turq-hirz.png
3 avril : le pic de la floraison des cerisiers à Osaka
 

Aujourd’hui, rendez-vous à Osaka pour fêter le hanami (花見), une tradition qui consiste à venir admirer la beauté des fleurs de cerisier Japonais . Cet arbre emblématique du pays un vrai rite pour les Japonais. Chaque jour la télévision informe la progression de la floraison dans le pays du sud au nord du pays. La saison de sakura a démarrée un peu plus tard que l’année dernière. La floraison des cerisiers a débuté à la fin du mois de mars à Kyushu (Okinawa) et les fleurs de cerisier ne s’épanouirons au nord d’ Hokkaido que vers le 10 mai. Ce 3 avril, c’est à Osaka au Expo’70 Park que les festivités accompagnant le pic de floraison ((満開) se déroulent. Des milliers de visiteurs sont attendus.

En région parisienne, cet événement sera célébré dans le parc de Sceaux (Hauts-de-Seine), mais il faudra attendre le 20 avril prochain.

 
japon2.png
japon1.png
2 avril : les Iraniens pique-niquent en famille
 

Le temps d’un jour férié, les Iraniens oublient l’islam et renouent avec de vielles traditions. Ce jour de pique-nique, de convivialité, souvent agrémenté de musique, de danse ou de jeux de toutes sortes, est une concession aux religions antéislamiques. Nous sommes le treizième et dernier jour des festivités de Norouz, (le nouvel an iranien qui est tombé le 21 mars cette année), la fête de Sizdah Bedar (littéralement « Treize dehors ») est généralement célébrée en plein air et en famille.

À la fin de la journée, les sabzeh (lentilles) cultivées pour le Haft Sin (cérémonie du 1er jour) qui ont germé et symboliquement recueilli toute la maladie et la malchance de l’année écoulée, sont jetées dans l’eau courante pour exorciser les démons de la maisonnée. Pour cette raison, il n’est pas recommandé aujourd’hui de toucher les sabzeh de quelqu’un d’autre, au risque de voir la malchance recueillie par les graines germés s’abattre sur soi ! Cette fête n’a rien à voir avec l’islam, elle trouve son origine dans les racines zoroastriennes de l’Iran et dans l’envie de conjurer le mauvais sort lié au chiffre 13. Les anciens Perses pensaient que les 12 constellations du zodiaque contrôlaient les mois de l’année et que ciel et terre tombaient ensuite dans le chaos. Sizdah Bedar est un moyen d’y échapper en sortant ce 13e jour et en faisant tout pour ne pas donner prise à la malchance.

Ce 2 avril est un jour férié en Iran, sous le nom de Jour de la nature. Les parcs publics et sites de loisirs sont littéralement envahis. Chaque famille plante sa petite tente pour passer la journée.

 
iran1.jpg
iran2.png