Articles dans 1879
21 mai : la Journée des gloires maritimes
 

Cette journée, El Día de las Glorias Navales, commémore une défaite du Chili. C’est l’anniversaire de la bataille navale d’Iquique qui s’est déroulée le 21 mai 1879, il y a 140 ans jour pour jour, un épisode de la guerre du Pacifique qui a opposé le Chili à la coalition du Pérou et de la Bolivie. En dépit de cette défaite devant un port péruvien, le Chili a finalement gagné cette guerre et agrandi son territoire aux dépens de la Bolivie qui perdra tout accès à l’océan.

Chaque 21 mai, toute ville chilienne se doit d’organiser un défilé, mais l’épicentre des cérémonies se déroule généralement à Valparaiso, sur la Plaza Sotomajor, où se trouve le Monument aux héros d’Iquique (photo).

Hier soir, un Te Deum a été joué dans la cathédrale d’Iquique, port du Pérou devant lequel s’est déroulée la bataille. Le 21 au matin, l'acte solennel a lieu sur la Plaza Capitán Prat, en présence des autorités régionales et de la marine nationale. Peu avant midi, on organise un pèlerinage nautique jusqu’à la bouée qui marque le point exact du naufrage de la corvette Esmeralda, suivi par de nombreux bateaux, ornées de drapeaux pour la circonstance. À 12h10 précise (synchronisé avec Valparaiso, Santiago et Talcahuano), un hommage est rendu à l’Esmeralda, avec les honneurs de sifflets, clairons et de 21 armes à feu. L'hommage se termine par le lancement d'offrandes florales à la mer.

 
chili.jpg
23 mars : la mer perdue de la Bolivie
 

Les enfants des écoles défilent en chantant l’hymne à la mer. Hier, c’étaient des éléments de la marine nationale qui paradaient dans les rues de La Paz. Le pays fête la mer, la mer perdue, car aujourd’hui, la Bolivie est enclavée à l’intérieur du sous-continent, à plusieurs centaines de kilomètres du littoral. Cela, depuis 140 ans, les Boliviens ne l’ont jamais accepté.

Jusqu’en 1879, ils possédaient une province qui s’ouvrait sur le Pacifique entre le Pérou et le Chili. C’est ce dernier qui la lui a confisqué en gagnant la « guerre du du Pacifi­que » et 400 km de littoral. Depuis, la Bolivie rêve de récupérer son accès à la mer. En 2012, le président Morales annonçait une fois de plus vouloir porter l’affaire devant la justice internationale. Certes, les ports devenus chiliens d’Arica et d’Iquique sont ouverts aux échanges de marchandises avec la Bolivie. Le Pérou, qui appuya en vain La Paz lors du conflit de 1879, lui a même concédé 5 km de plages, près de la frontière chilienne, en vue d’y aménager des installations portuaires. Rien n’y fait, la mer fait partie intégrante de l’imaginaire national, elle permet, chaque 23 mars, date de l’ultime bataille, de rassembler la nation vers un objectif commun, fut-il chimérique.

 
bolivie.jpg
16 décembre : jour de réconciliation en Afrique du Sud
 

C’est la date la plus controversée du calendrier sud-africain. Appelée autrefois le Jour du vœu (Day of the Vow), elle commémore la victoire des colons blancs sur les armées zouloues à la bataille de Blood River (« rivière de sang ») en 1838. Environ 3 000 Zoulous furent massacrés pour seulement 3 blessés dans les rangs des Boers. Cette date sacrée des Afrikaners qui célèbrent chaque année le « pacte » conclu avec Dieu est fériée depuis 1911. De leur côté, les Zoulous commémorent le Dingaan’s day, en souvenir de la victoire de leur roi Dingane sur les troupes britanniques en 1879. La bataille a eu lieu un 22 janvier, mais ils ne voulaient pas laisser le monopole de cette date aux Afrikaners. Enfin, l’ANC commémore, ce même jour la création en 1961 de son organisation militaire (Umkhonto we Sizwe)… En 1995, le nouveau régime faute d’avoir pu éliminer cette date ambiguë, en a fait un jour férié dédié à la réconciliation des différentes composantes de la nation sud-africaine.  

 
afr.jpg