Articles dans Inde
26 janvier : l'Inde célèbre son modèle démocratique
 

Les pays où les résultats des élections ne sont pas connus d’avance ne sont pas aussi nombreux qu’on ne le pense. L’Inde est l’un d’eux et les législatives qui doivent s’y dérouler en avril et mai 2019 pourraient révéler des surprises. Les nationalistes hindouistes du BJP pourraient bien devoir céder le pouvoir à l’opposition, dominée par le parti du Congrès. Voilà au moins une différence majeure entre l’Inde et la Chine : l’alternance démocratique. Une leçon aussi pour l’Occident où une partie de l’opinion se dit fatiguée de la démocratie.

Un défilé militaire très coloré et teinté de ferveur patriotique parcours chaque 26 janvier la majestueuse avenue Rajpath à New Delhi pour ce Jour de la République. La date célèbre l’entrée en vigueur de la Constitution qui fait de l’Union indienne « une république souveraine, socialiste, laïque, démocratique », le 26 janvier 1950.

72 ans après l’indépendance de 1947, la « plus grande démocratie du monde » jouit d’un système politique stable, où les élections permettent de changer le gouvernement et où la presse et la justice veillent au respect des droits des citoyens. L’envers du décor : une bureaucratie imposante, une corruption endémique (lien de nombreux politiciens avec la pègre), un clientélisme politique généralisé et l’émergence de partis populistes. Des défilés militaires ont lieu dans différentes villes, c’est aussi l’occasion pour l’Inde mettre en scène sa puissance militaire. Le Jour de la République est également l’occasion au Cachemire de manifester contre la politique de New Delhi à son égard.

De 1930 à 1947, chaque 26 janvier, le Parti du Congrès (le mouvement indépendantiste indien) appelait à manifester contre l’occupation britannique du pays. Cette date était désignée comme le « Jour de l’indépendance » depuis qu’en 1930, le 26 janvier, ce parti avait proclamé (sans effet) l’indépendance du pays en réponse à l’octroi d’un simple statut de « dominion » à l’Inde par les Britanniques qui occupaient le pays.

 
inde.jpg
15 janvier : c'est Pongal, la fête indienne des moissons
 

Avant la fête, les extérieurs des maison ont été repeints et décorés de kolams (en Inde du sud particulièrement), ces motifs géométriques dessinés à même le sol avec de la poudre de riz, enfin offrandes faites à Indra, roi des dieux et divinité des nuages et de la pluie. Demain, on cuisinera le sakkarai pongal à base de riz nouveau, de canne à sucre et de curcuma. Ce plat sucré a donné son nom à la fête, ponga signifiant « bouillir » (comme l’est le riz) en tamoul.

Jeudi sera entièrement dédié au bétail et aux animaux en général. Les vaches seront spécialement à l’honneur. Elles seront minutieusement lavées, puis décorées de fleurs et de guirlandes, puis nourries. Dans certaines régions, les jeunes filles donnent aux oiseaux des petites boules de riz colorées. Enfin, la tradition veut que l’on organise des courses de taureaux, voire des combats. Le dieu Ganesh et sa mère Parvati sont honorés ce même jour. Enfin, vendredi, dernier jour de cette fête, sera l’occasion pour les plus jeunes de rendre hommage à leurs ainés qui les remercient, en retour, d’une pièce de monnaie ou d’une somme d’argent symbolique.

Particulièrement célébrée par les Tamouls, au sud de l’Inde et en diaspora, ainsi que par les Kéralais, la fête de Pongal est connue ailleurs sous d’autres noms : Lohri au Penjab (où elle a débuté dimanche dernier ) et en Haryana ; Bhogali Bihu dans l’Assam ; Makar Sankranti en Uttar Pradesh, au Bihar et au Népal, ou encore Boghi en Andhra Pradesh.

 
pongal.jpg
19 décembre : Goa fête sa libération
 

L’opération de l’armée indienne n’a duré que 36 heures, on déplora tout de même cinquantaine de victimes due à un début de résistance portugaise. Le 19 décembre 1961, les Indiens investissaient la dernière colonie européenne établie sur son territoire, 14 ans après sa propre libération des Anglais. Ainsi était mis fin à 451 ans d’occupation portugaise, l’une des plus longues de l’histoire. Les Portugais sont arrivés sur les côtes indiennes à en 1498 et s’établirent à Goa en 1510. Pour le Portugal c’était le début de la fin de l’empire, l’événement a eu un certains recensement dans les colonies africaines où des maquis commençaient à s’organiser. En 2011, les autorités indiennes ont entrepris la construction d’un mémorial dédié aux victimes cette opération baptisée Vijay (« victoire », en hindi). La journée est fériée dans l’État de Goa.

 
goa.jpg
14 novembre : l'Inde célèbre ses enfants
 

L'anniversaire de Jawaharlal Nehru, premier chef de gouvernement de l’Inde indépendante, est fêté comme la Journée des enfants (Bal Diwas). Connu des plus jeunes sous le nom de Chacha Nehru, celui-ci a beaucoup œuvré au bien-être des enfants, l'éducation, la santé… Jawaharlal Nehru est né le 14 novembre 1889, c’est après sa mort, en 1964, qu’a été instauré en Inde cette journée nationale (non fériée). Nehru n’est pas vraiment célébré comme un modèle par le gouvernement actuel de l’Inde et son leader est justement arrivé au pouvoir en gagnant les élections contre les héritiers de Nehru, mais cette coutume est restée très vivante dans les écoles où l’on organise un certain nombre d’animations souvent avec la participation des parents.

Dans le reste du monde, c’est le 20 novembre, avec plus ou moins de conviction selon les pays, que les enfants sont célébrés.


 
nehru.jpg